Premier match des présidentielles : qui a gagné ?

Lundi 20 Mars sur TF1 s’est déroulé le premier débat des élections présidentielles de 2017. Dans un premier temps, très controversé par la présence de seulement 5 candidats sur 11, ce débat a été visionné par 10 millions de français. J’ai ainsi scruté et analysé pendant presque 3h l’attitude de chaque candidat présent. Je vous rapporte ici mon analyse de leur stratégie de communication.

Le buteur

17309665_813317065489563_2206331128891425383_nLes résultats du sondage mené via le Facebook de TF1 est sans équivoque. 55% des 50 000 votants ont tourné leurs votes vers le candidat « des Insoumis« . Jean-Luc Mélenchon s’est montré entreprenant et offensif. On a pu voir un candidat qui est allé chercher ses adversaires et a su  créer des duels : c’est ce qu’attendaient les téléspectateurs. Sec, mais sensible, ses messages de bienveillance vis-à-vis des classes populaires et moyennes semblent avoir touché le public. Enfin, son ton ironique et parfois sarcastique a su faire vivre le débat en esquissant parfois quelques rires du public et des invités.

Citation « Il faut bien qu’il y ait un débat au PS » lance-t-il aux journalistes qui tentent d’embrayer après un échange virulent entre E. Macron et B. Hamon.

Les défenseurs

giphy

Deux personnes ont été plus discrètes, mais ce sont cependant affirmées. Marine Le Pen est allée chercher la confrontation parfois envers les candidats mais n’a pas su tenir tête jusqu’au bout lors de ses provocations.

On pense notamment à l’attaque proférée envers Emmanuel Macron concernant la laïcité et en particulier le Burkini. Ce dernier s’est affirmé en ripostant face à Marine Le Pen, lui clouant ainsi le bec.

Emmanuel Macron, lui, était l’homme à abattre lors de cette campagne et de ce débat. Nombreux sont les candidats qui lui ont reproché lors de l’émission, ses méthodes de campagne sans étiquette. Cependant, E. Macron s’est globalement assez bien défendu en faisant preuve de  »pragmatisme » – pour ne pas le citer – et de virulence quand cela était nécessaire.

giphy (2)

Ces deux candidats ont su affirmer leurs positions sans pour autant se démarquer totalement des 5 candidats.

Citations

« Madame Le Pen, vous serez gentille, je ne vous fait pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque […] Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis clairement. » rétorque E. Macron à M. Le Pen qui l’attaque sur le Burkini.

« J’assume mon propos. Je veux arrêter l’immigration légale et illégale. » affirme Marine Le Pen face à B. Hamont, E. Macron et JL. Melanchon.

Les remplaçants  

giphy (3)

Les deux partis les plus suivis habituellement se sont montrés plus en retrait lors de ce débat. On a vu en effet un François Fillon très discret et très contrôlé. Il a fait le strict minimum. En même temps, le candidat des Républicains savait très bien qu’il n’avait pas le droit au faux pas ce soir.

Pour éviter toute attaque directe de ses adversaires vis-à-vis de ses affaires, il a décidé de faire profil bas. On notera cependant que F. Fillon a tout de même affirmé ses idées, qui parfois ont été l’objet de débats lors de la soirée.

Benoit Hamon lui aussi, fait partie des candidats qui ont joué la carte de la sobriété. On notera tout de même de sa part des tentatives de positionnement. Il a pu développer et évoquer certains points de son programme : le revenu universel, la lutte contre le burn out au travail. Le candidat s’est montré un peu plus ardu fasse au candidat des Républicains, cependant, très souvent, ce sont Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron  qui possédaient le dernier mot.

Citations

« Le vrai serial killer du pouvoir d’achat, c’est Marine Le Pen. » dit F. Fillon à Marine Le Pen lorsqu’ils évoquent la partie économique du débat.

« Vous êtes beaucoup plus fort en soustraction qu’en addition, sauf quand il s’agit de votre propre argent. » a lancé B. Hamon à F. Fillon.

Le débrief  

On a donc assisté à un match digne et sans dérapage sur TF1. D’après les réseaux sociaux c’est le candidat JL Mélenchon qui sortirait gagnant de ce débat. Cependant, ce résultat est-il vraiment significatif ? En effet, le candidat des Insoumis est celui qui possède la plus grosse communauté de futurs électeurs sur les réseaux sociaux, puisqu’il s’agit de sa stratégie de communication principale. JL. Mélanchon depuis maintenant un an occupe largement le terrain via sa chaîne Youtube ou son Facebook très animé. Mais qu’en est-il de l’électorat dit  »plus classique » ?

Théo S

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s