Jean Luc Mélenchon : La communication digitale en 3 leçons.

 

RÉSEAUX SOCIAUX : Un politique qui utilise avec brio les réseaux sociaux, ça ne court pas les rues. Je vous propose 3 leçons basiques de communication en compagnie du fondateur du Front de Gauche.

Facebook, Twitter, Instagram et autres blogs : Jean Luc Mélenchon est très présent sur les réseaux sociaux. Et le voilà qui revient à la charge avec une nouvelle Web TV ainsi qu’une plateforme participative spécialement lancée en vue de 2017. Regardons ensemble ce que sa démarche peut nous apprendre. La communication digitale de Mélenchon en 3 leçons, c’est maintenant.

1 – Agir plutôt que dire

Quand on veut se forger une image, en politique comme ailleurs, on a souvent le réflexe de « dire » son image. On parcourt les plateaux télés, on écrit des livres ou on fait des discours pour essayer de convaincre tout le monde qu’on a changé. Ca à l’air de marcher plutôt bien vu le nombre de livres soporifiques qu’on se tape depuis le début de l’année. Le petit bémol, c’est peut-être quand on dit avoir changé dans un livre et que, 1 semaine plus tard, on reprend les mauvaises habitudes.

livres

Et moi qui ne savait plus quoi lire. Génial…

La méthode Jean-Luc : Les paroles c’est bien, les actes c’est mieux. Peu importe à quel point vous vous dîtes drôle, si chacune de vos blagues font un bide monumental, les gens ne se souviendront pas de vous comme quelqu’un de plein d’humour. Mélenchon l’a bien compris et au lieu de crier sur tous les toits qu’il est proche du « peuple », il préfère le mettre en scène en utilisant les réseaux sociaux.

Qu’est-ce qui est le plus convaincant ? Une courte vidéo sur Facebook avec Mélenchon au milieu des ouvriers se battant pour leurs emplois ? Ou Mélenchon faisant un long discours sur les difficultés du monde de l’industrie ?

La prochaine fois que vous vous apprêterez à faire une description du type : « Je suis quelqu’un d’original et créatif », peut-être chercherez-vous à rendre cette description originale et créative. Ça vous évitera de faire quelque chose de classique qui, finalement, ne rendra pas compte de l’image que vous voulez renvoyer.

2 – S’inspirer des bonnes idées

Une page Facebook + Un compte Twitter + Un site web = La communication digitale de 90% des politiques français. Pour l’originalité on repassera. Pour se démarquer aussi. Ne vous trompez pas : je ne dis pas qu’il ne faut pas faire pareil. Ne pas avoir ces 3 essentiels serait suicidaire. N’avoir QUE ces trois-là serait dommage. Oui mais, me direz-vous, c’est difficile de trouver de nouvelles idées ! Pas d’inquiétude, Jean Luc a la solution.

webdesign

De l’utilité d’avoir un vrai webdesigner

La méthode Jean Luc : On ne peut pas toujours avoir LA bonne idée qui va révolutionner le web tout en entier. Mais on ne peut pas toujours se laisser bercer par le courant et attendre une tendance pour l’adopter. Instaurer une veille (c’est-à-dire : rester à l’affut de ce qui se fait dans son domaine et ailleurs) est primordial lorsque l’on veut se démarquer du lot.

JLM a dernièrement lancé sa web TV sur Youtube : « Pas vu à la télé ». Pour cette idée, il s’est largement inspiré de la «Tuerka» : la web TV créée par le parti « Podemos » en Espagne. Le concept n’est peut-être pas de lui, mais il reste le seul à le faire en France, ce qui lui donne la position de précurseur et lui permet de gagner de la visibilité là où il n’a pas encore de concurrents. Cependant, sa web TV n’est pas un copié/collé de son équivalent espagnol. Il a adapté le concept en fonction de son public mais également en fonction de sa personnalité. Eh oui, le copié/collé n’est pas une solution. Déjà parce que ça ne garantit pas le succès et ensuite parce que personne n’aime les plagieurs. C’est d’ailleurs pour ça que le titre c’est « S’inspirer des bonnes idées » et pas « Piquer les bonnes idées ».

Vous pouvez vous aussi instaurer une veille via Twitter par système de listes et de mots-clés ou en utilisant des sites comme Scoop.it. Ainsi vous serez informé régulièrement de tendance qui apparaîtront que dans un an ou deux. De quoi vous donner de l’avance sur tout le monde et de vous faire passer pour le hipster de service.

3 – Différencier Facebook de Twitter

Le problème majeur que l’on voit chez beaucoup de politiques, c’est la pauvreté des supports et la réutilisation des contenus. Le compte Twitter n’est qu’un écho de la page Facebook, qui elle-même ne sert qu’à partager les articles d’un blog. Cela donne peu de diversité et par-dessus le marché un contenu peu adapté à la plateforme choisie. On ne fait pas un post Facebook comme on fait un Tweet. Les règles ne sont pas les mêmes.

La méthode Jean Luc : Chaque réseau social a son utilité propre. Si tout le monde maîtrise à peu près Facebook (notez le « à peu près »), Twitter reste obscur pour la majorité des gens. Heureusement, Jean Luc nous livre les bonnes pratiques. Tout d’abord, si je me pleins du partage de post Facebook via Twitter, ce n’est pas tant la démarche qui me dérange. C’est plutôt son exécution. Partager entre réseaux sociaux c’est une bonne idée mais il faut comprendre que chacun est différent. Un poste qui marche sur Facebook ne marchera pas nécessairement sur Twitter. Il faut donc adapter son tweet. Exit les mots trop longs, place aux abréviations. « Plus » devient « + », certains mots deviennent des hashtags et les phrases se veulent plus percutantes. En image ça donne :

raccourci

On note le #Glyphosates et la trêve de bavardage : une punchligne et c’est fini.

Autant spammer les posts Facebook est rarement une bonne idée, autant Twitter est fait pour ça. Pendant un événement, il n’est pas rare de voir 4 voire 5 tweets postés. Bien sûr, c’est toujours mieux quand c’est agrémenté de photos. L’internaute est un grand enfant. Il aime les images.

manif

Le spamming est réel

Si quelqu’un dit exactement ce que vous voulez dire, ne vous embêtez pas à refaire le même tweet. Contentez-vous de retweeter. Et plus généralement, pensez à retweeter ce qui parle de vous (en bien de préférence). Cela envoie un signal à celui qui a publié le tweet original. Peut-être vous rendra-t-il la pareille plus tard ?

rt

Rien ne sert de se répéter, autant RT.

Ce dont vous devez vous souvenir pour survivre sur Twitter c’est : utiliser des hasthags, faire court et percutant, publier des images et retweeter fréquemment ce qui vous plais/parle de vous. Facile non ?

Conclusion

Voilà pour les 3 leçons en communication. Et comme je suis sympa, je vous fais un dernier petit résumé :

  • Les actes valent mieux que des paroles : vous voulez paraître intéressant ? Partagez des articles intéressant.
  • Inspirez-vous des bonnes idées et personnalisez-les pour vous démarquer.
  • Chaque réseau social est unique en son genre. Apprenez-en les codes.

 

Naël Soufi 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s