Snapchat, Hollande en est le roi !

 

Des photo-montages d’une qualité douteuse.

Il y a quelques mois, Gaspard Gantzer, conseiller du président, dévoilait à Stratégies l’inscription de François Hollande sur Snapchat. Après l’avoir inscrit sur Facebook, Twitter et Instagram il devient ainsi le premier homme politique inscrit sur Snapchat.

Hollande et ses groupies

Après 3 mois ils sont 30 000 à suivre les « Story » du président. Des chiffres qui « dépassent l’espérance » de la cellule web, dirigé par Frédéric Giudicelli, selon Stratégies.

Gantzer disait vouloir « retracer l’activité du président, sur le terrain de l’international, du numérique mais aussi en dehors, afin de donner un regard plus singulier et sortir de la couverture médiatique traditionnelle ». L’idée était bien évidemment de se rapprocher également d’une cible plus jeune amenée à voter pour la première fois en 2017.  Et avec une moyenne d’âge de 18 ans c’est réussi, François devient l’idole de jeunes adolescents en mal d’identité.

francois-hollande-fait-un-selfie-avec-des-jeunes-venus-assister-aux-ceremonies-du-11-novembre-a-paris_5333713

François décontracté. – FRANCOIS MORI / POOL / AFP –

La cellule web a également ouvert des comptes sur Vine et Periscope (live vidéo de Twitter) , mais c’est la que ça se complique !

Les adultes sont moins gentils …

Hollande dit régulièrement se méfier des réseaux sociaux. L’idée de communiquer sur Periscope n’était, en soi, pas mauvaise. Seulement à l’heure actuelle, selon Harris Interactive, 83% des français ne lui font pas confiance. En choisissant un réseau social où les commentaires sont réalisés en direct et sans filtre, il s’exposait directement, aux yeux de tous, à la colère du web.

Live periscope de François.

Croire que le web est rempli de jeunes adolescents dociles est une énorme erreur. Chaque réseaux social est différent, que ce soit ses fonctionnalités ou ses utilisateurs. Sur Periscope il s’est ainsi retrouvé face à la vindicte populaire de ses utilisateurs. Une communauté consciente politiquement et adepte des trolls et autres insultes anonymes.

La classe américaine

Les politiques français, comme souvent, ont du retard sur nos voisins outre-atlantique. Dès 2008 Barack Obama avait utilisé les réseaux sociaux pour mobiliser les militants sur le terrain. Ce n’est que récemment que les politiques français s’y sont mis. Mais ce n’est pas simple de copier le boss.

téléchargement

Page de couverture du Facebook de Barack Obama.

Pour comprendre les tendances de la future campagne de 2017 il faut donc … retourner 5 ans en arrière aux États-Unis. En 2012 Obama et ses équipes parlaient data mining – l’exploration de données -, microtargeting – micro ciblage – ou encore dashboard – tableau de bord -. Selon une étude Harris Interactive pour Quantmetry, 59% des français ne savent pas ce que signifie « big data ». Un terme étrangement absent de la sphère médiatique. Si nos politiques sont le reflet de l’opinion, c’est pas gagné !

Victor Prandt pour Les petits com

PS: « Bla bla mais le web est méchant, le paaaaaauvre François :/ »…  Non non il est aussi et surtout excellemment drôle :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s